Marie-antoinette

 

    Les goûters sont longtemps restés un plaisir virtuel, celui d'écrire ici des rêveries, des fantasmes, des bêtises... je m'amuse maintenant à leur donner vie ! Après Les goûters du divin marquis, un goûter entre dominas, j'ai goûté hier avec un fétichiste des pieds, réunissant plaisirs gourmands et sensuels...

***

    Certaines propositions sont irrésistibles ! Comme celle d’un ami de soirée que j’aime beaucoup croiser à la Sunday Feet, aux Goûters du divin marquis… Je profite souvent de ses massages de pieds, procurés toujours avec douceur, patience, et le sourire. On sent qu’il aime vraiment le faire, qu’il apprécie le moment autant que moi, ce qui décuple mon plaisir !

    Un soir, il me contacte sur Facebook :
    — Et si l’on s’organisait une après-midi rien que pour nous ? Je t’invite à venir prendre le thé ! J’aime les soirées, faire la fête, mais ce serait l’occasion de partager un moment plus cosy, de bavarder… et je te ferai un petit massage des pieds !
    — Oh, merci ! J’adorerais, vraiment, mais j’ai trop d’écrits en retard en ce moment… dès que j’ai terminé, je te fais signe, promis !
    — Tu as toujours des écrits en retard… Si tu te sens capable d'écrire tout en te faisant chouchouter, mon bureau est tien, le mien sera en dessous
    — Tu sais que c’est un fantasme que j’ai depuis longtemps ! Un fétichiste sous mon bureau qui s’occupe de mes pieds pendant que j’écris...
    — Je l'ignorais ! Je le découvre avec grand plaisir...
    Son message suivant achève de me convaincre :
    — Quelle est ta pâtisserie préférée ?
    — Une tarte au citron ! Et tu me réciteras des poèmes aussi ? Tant qu'à faire, soyons exigeantes...
    — Je m’y engage !

    Quelques jours plus tard, je me dirige vers cet Open Space d’un nouveau genre. Un bureau est effectivement préparé à mon intention, avec une tasse de thé, un café, une délicieuse tartelette citron, et même une rose dans un vase ! De la musique deep électro ou deep jazz emplit la pièce ; je suis déjà bien, très bien même… Nous goûtons en échangeant sur les prochaines soirées : Soumissions exquises le 19 janvier, la Fetnight le 26 janvier...

    J’avise du coin de l’œil un canapé moelleux. J’ai envie de m’y asseoir un instant pour pleinement profiter de son massage, avant de me plonger dans l’écriture. Tiens, je pourrais lire ce livre que je voudrais chroniquer.
    —  Tu n’aurais pas un crayon à papier à me prêter pour que j’annote mon livre ? 
    Moi qui en ai des dizaines dispersés dans toute la maison, je suis étonnée de le voir chercher partout ! Finalement, un crayon apparaît comme par magie. Je m’installe confortablement dans le canapé, ouvrant nonchalamment mon livre, tandis qu’il ôte mes bottes avec délicatesse. Il s’empare de mes pieds, et là, mmmmm, je chute dans une faille spatiotemporelle… Rien d’autre n’existe que ses délicieux massages des pieds, des mains, nos échanges paresseux et joyeux sur l’art, les soirées, les amis communs, les tenues fétish et les bonnes adresses. 50031942_376264429596885_469276867019407360_n

50026166_281384282534552_4370559218625806336_n     Il allume une cigarette, plisse les yeux de plaisir, ses gestes ralentissent encore, en accord avec la musique. Je ferme les yeux et savoure le moment...
    Avant de m’inquiéter de l’heure, et de bondir sur mes pieds ! C’est déjà l’heure de me sauver ! Je voulais lire, écrire, j'aurais aimé un massage de la tête aussi, enlever mes bas pour lui confier mes pieds nus... et je dois déjà partir, ma rose à la main.
    Je reviendrai, il m’invitera à nouveau, peut-être, ou je passerai récupérer ce que j’ai judicieusement oublié - quelle étourdie ! Et la prochaine fois, j'écrirai, il est temps de réaliser mes fantasmes...

    On me sourit dans le métro, je m’en étonne avant de me souvenir que je porte une immense rose rouge qui me dépasse, assortie à mes bottes rouges, mon manteau rouge, mon chapeau et mon écharpe rouge, et mes joues rouges de courir pour arriver à temps !

 

    Photo : Film Marie-Antoinette de Sofia Coppola