8bacc399-c2cc-4782-b6ea-eea03d078a6c

    J’ai envie d’écrire sur les différents types de soumis et fétichistes que je croise en soirée, ou sur les réseaux sociaux. Leur diversité me fascine !

    Je tente une liste, j'en oublie sûrement :

    - Les fétichistes des pieds aiment masser, pétrir, embrasser, voire lécher les pieds des dames. Ils ne sont pas forcément soumis ! Même si c'est souvent le cas...
    IMG_0703 bisIl existe des variantes : certains aiment qu'on leur marche dessus par exemple (trampling), ou nous servir de repose-pieds, de paillasson.
    - Le soumis de service offre une prestation particulière, parfois plusieurs : homme de ménage, chauffeur, masseur... Mais je n'ai jamais croisé encore celui que j'appelle de tous mes voeux : le soumis administratif, qui traiterait toute ma paperasse !
    - Le fétichiste d'une matière raffole d'une texture, souvent le cuir ou le latex, le nylon parfois
    - Le money slave aime faire du shopping et gâter sa dominatrice. Il peut aller très loin, jusqu'à confier sa carte bleue, offrir l'accès à ses comptes.
    - Le soumis "carpette" aime qu'on lui parle mal, avec mépris, il recherche les situations humiliantes, il apprécie les insultes, les gifles parfois
    - Le soumis chaste porte une cage de chasteté, sa maîtresse détient les clés de sa jouissance, et le libère ou non, à sa guise, afin de le frustrer comme il le mérite !
    - Le soumis romantique, lui, ne cherche rien, il n'attend rien de spécial, il veut juste faire plaisir à sa maîtresse et se met à sa disposition pour toutes sortes de sévices et de services ! Top...
    - Le soumis ou fétichiste travesti (Sissy) aime s'habiller en femme, se maquiller, pour l'esthétique, son goût pour les vêtements féminins, ou l'humiliation ressentie.
    - Le soumis rôliste s'amuse à jouer un rôle, certains jouent très bien les chiots par exemple ! J'ai déjà vu un cochon aussi.
    - Le soumis rêvant d'être pénétré (pegging), c'est son kif ! Il nous poursuit parfois en soirée avec sa valise contenant son gode-ceinture !
    - Le masochiste est attiré par le plaisir que lui procure la douleur. Il n'est pas forcément soumis lui non plus.
   
- L'esclave sexuel - celui-là se passe de description, nous voyons toutes très bien ce qu'il peut nous offrir !
   
- Le soumis "chaton" qui se laisse gentiment caresser, et caresse tout autant.
    Il en existe d'autres, plus rares. J'ai entendu parler du soumis culturel par exemple, requis pour des visites d'expos en raison de son érudition et des talents de conteur, mais je ne l'ai jamais rencontré non plus, il m'intéresse aussi celui-là !
    Et bien sûr, un soumis peut cumuler plusieurs paraphilies : être chaste ET romantique par exemple.

   J’aime comprendre les mécanismes psychologiques à l’œuvre, ce qui entre en jeu dans leur plaisir.
   François DeNess, soumis de Ness Harper qui organise Les goûters du divin marquis, m'offre mon premier article sur les fétichismes : Le fétichiste des pieds, cette grande figure des soirées ! Il m'a décrit son fétichisme en détails avec talent, et je recopie son message ci-dessous, avec son autorisation.
   (Grâce à lui, je comprends mieux le plaisir des fétichistes des pieds, mystérieux et si plaisant ! Je sens que je vais y prendre encore plus de plaisir, sachant qu’ils en prennent autant…)

 

***

   2017-11-04 17Le fétichisme du pied et de la chaussure sollicite abondamment les 5 sens :

    Le goût par exemple : non seulement un pied a un goût de sel mais il est également sucré. Oui, aussi incroyable que cela puisse paraître, le pied dégage très subtilement un goût sucré. Je ne m’en suis aperçu qu’il y a quelques années. Fort de cette découverte, ma théorie est la suivante : on sait que le sucre est un puissant vecteur d’addiction alimentaire (le chocolat, le caramel, les gâteaux). Eh bien, le sucre du pied, aussi subreptice qu’il soit, crée une addiction chez les fétichistes. Ajoutez à cela le sel, et vous avez un cocktail sucré-salé qui est explosif sur le plan du plaisir.
    Donc, mesdames (et peut-être messieurs je ne sais pas), vos pieds sont de toute évidence, en plus de leur fonction de marche (et de danse !), créés pour être massés, embrassés, sentis, goûtés et en particulier léchés par nos langues gourmandes !

    Je passe à un autre des 5 sens : le toucher. Pour le fétichiste il est éprouvé par ses mains, son nez et ses lèvres. Je ne démontre pas le pouvoir d’un massage des pieds fait par un homme qui aime cela. S’il est habile, délicat, la dame en ressentira un plaisir infini. En plus des doigts, la dame recevra les lèvres et le nez du fétichiste. Les terminaisons nerveuses du pied sont propres à recevoir et transmettre des émotions à nulle autre pareille. Il est à noter que plusieurs sens interagissent entre eux du donneur à la receveuse. Quand le donneur agit à l’aide de sa langue pour le goût ou de son nez pour l’odorat, la receveuse ne vit les émotions que par le biais du toucher (sur tous les détails anatomiques du pied que le fétichiste honorera).

   000779c3-f35b-4361-b35b-ee66e0ee4d7a La vue est peut-être le sens le moins intense. Certes nous admirons un beau pied, une belle chaussure, mais ce sens n’est là que pour créer un appel. Il nous incite à vivre les choses plus profondément avec la femme qui nous attire par ses pieds. Mais le coup de foudre naît bien souvent par le regard. Essayez de voir le film de Luis Buñuel dont le titre est « El » film de la période mexicaine de Buñuel. Le début du film se passe dans une église (nous y revenons) pendant l’office du Jeudi Saint. Ce jour-là le prêtre célébrant reproduit le geste du Christ, avant son dernier repas. Jésus se fait le serviteur de ses disciples et leur lave les pieds. Après l’avoir lavé et séché, le prêtre baise un pied de chaque personne qui figure les disciples. Buñuel donc, montre pendant cette scène-là un homme qui assiste à l’office et qui tombe fou amoureux d’une femme qui porte de jolies chaussures. Scène éminemment érotique pendant l’office religieux. Dans ce cas-là c’est bien la vue qui a éveillé le fétichisme de cet homme

  img_5101 bis On peut aussi aborder le fétichisme du pied par le biais de l’ouïe. Quoi de plus agréable déjà que d’entendre une femme marcher sur un trottoir avec de jolis escarpins. C’est l’émotion de base du fétichiste. Il imagine les choses, il extrapole. Ensuite si le fétichiste retire un escarpin d’une femme, si elle porte des bas ou des collants, on entend un bruit caractéristique du pied se glissant hors de la chaussure. Ce bruit fait quelque chose comme « chhhhoooo », l’intérieur de la chaussure agit comme une caisse de résonance. Ensuite vous avez le doux crissement du bas quand une femme glisse son pied sur le corps, le visage ou la langue du fetichiste, instant vertigineux de plaisir. Dernier plaisir et non des moindres : le bruit causé par les mules. Ces bruits sont différents si ce sont des mules à talons, à semelles compensées, semelles de cuir, de bois ou de liège. Il y a d’abord la semelle qui touche le sol, le talon de la chaussure qui claque contre le pied et parfois, si le pied est nu, sans bas, à la belle saison surtout, le bruit caractéristique du pied (un peu transpirant) qui se décolle de la semelle de la mule quand la femme marche « chip, chip, chip,chip » j’adore ce bruit qui affole mon désir.

 img_5105 (1)  Le sens le plus riche, complexe, complet, diversifié en matière de fétichisme du pied et de la chaussure, est l’odorat.
   
Je commence avec quelque chose de désagréable. Souvent on entend dire : « cette personne pue des pieds ! ». Je suis d’accord dans certains cas. Tout le monde a déjà croisé un type dans le train, le métro qui prend des libertés avec l’hygiène la plus élémentaire... dans ce cas-là c’est insupportable !
    Changement de décor, de situation : une femme est chaussée de beaux escarpins, de jolis bas ou collants, elle sort du travail. Le fétichiste lui enlève ses chaussures pour délasser ses pieds (et les dessaler) et là sort un parfum prégnant, capiteux. Des effluves capables de déclencher le désir le plus ardent, l’embrasement de tout le corps du fétichiste (c’est mon cas).
    Qu’est ce qui crée l’odeur des pieds ? La transpiration et les bactéries naturellement présentes sur la peau. Ça c’est la base. Vient ensuite une infinité de facteurs qui vont créer une diversité de parfums. 50 nuances de senteurs...
    D’abord je suis persuadé qu’une femme et une autre n’ont pas exactement le même parfum des pieds suivant leur origine géographique et donc forcément la cuisine qu’elles mangent. C’est mon intuition et mon expérience qui me disent cela...
    Ensuite, on ajoute à cela l’écrin du pied, et là, on a tout un éventail extraordinaire de senteurs suivant la matière. Les attirances des fétichistes sont très variées. Certains aiment les baskets des femmes qui sortent de la salle de sports. Il existe plusieurs matières pour les semelles : le cuir pour les escarpins, les bottes, les mules à talons, les ballerines... les ballerines sont en général très odorantes. Il y a ensuite le liège particulièrement sur les mules à semelles compensées. C’est une odeur que j’adore en été surtout. Une femme, qui bronze et qui porte ce genre de mules, je les enlève délicatement, j’approche mon visage et mon nez de la mule qui sort du pied et là, quel bonheur ! Il y a aussi les semelles en bois. Les moins odorantes, mais le contact du pied avec les semelles claquantes en bois créent une odeur douce et sensuelle. Le caoutchouc : j’adore le parfum des tongs en été. Un parfum qui fait exploser le désir ! Un parfum attachant : celui des espadrilles. Il y a aussi le velours : les mules à semelle de velours. Un parfum extraordinaire !
    Il y a maintenant le parfum des bas et collants. Les pieds dans des bas clairs, couleur chair et les bas sombres ou noirs ont une odeur différente. Les bas clairs donnent une odeur plus carnée, incroyablement érotique, les bas sombres une odeur plus boisée, de champignons. (ndlr : ceux des forêts ;-) )

 

                                        François DeNess

 

  Photos : Pascal Couturier, lors d'un Goûters du divin marquis), Daniel Power, lors d'une soirée de Maîtresse K), ou prises au cours d'une Sunday feet, événement de Maîtresse K dédié aux fétichistes des pieds.