L'écrivaine érotique

    Ecrire pour graver ses souvenirs, écrire pour déverser ses émotions et s'apaiser ; écrire pour raconter ses fantasmes, pour le plaisir d'inventer des histoires ; écrire pour raconter sa vie, partager ses coups de coeur, bavarder, recevoir des messages en retour, échanger, flirter ; écrire pour le plaisir d'écrire tout court, sans autre raison que de jouer avec les mots, et ne pas réussir à s'arrêter, écrire à la vitesse de son inspiration, de ses dix doigts, sans tenir compte de leurs protestations...

 

    J’écris trop, je le sais :

  • Trop de billets sur mon blog (je spamme mes followers, ils vont finir par tous se désabonner, et encore, je ne publie pas tout, j'ai plein d'articles dans mes brouillons)
  • Trop de messages (j’épuise mes correspondants, ils disparaissent dans la nature les uns après les autres)
  • J’écris trop dans mon journal intime aussi (useless, tellement puéril, j'ai honte ^^
  • J’écris des débuts d’histoires, des bribes, des passages, je ne termine jamais, je les abandonne en chemin, happée par un nouveau projet, dissuadée par les excellents auteurs que je lis... Tous ces textes inachevés dorment en pagaille, partout, dans mon ordinateur, mon téléphone, des carnets, des cahiers, qui s’entassent, se perdent…

    Ce qui devait arriver arriva, mes tendinites se sont réveillées de plus belle et incendient mes bras !

    J’ai tenté de dicter mes récits à Siri pour les épargner, mais Siri n’en fait qu’à sa tête, nous nous disputons souvent... Il ne comprend pas mes abréviations, mon élocution, mon accent, mon mauvais anglais… quand est-ce que j’aurais enfin une IA digne de ce nom à mon service ! Marre de vivre dans la Préhistoire de la technologie ;-) Je veux m'endormir et me réveiller dans cent ans, grâce au baiser siliconé d'un androïde...

    Me voilà donc condamnée au repos absolu (du côté des bras, mains comprises, le reste peut bouger et danser). Ça m’apprendra à taper comme une brute sur mon clavier pendant des heures et projeter des touches partout...

citation Anais Nin

    Je suis en plein sevrage, et de très mauvaise humeur vu la place que prend l’écriture sous toutes ses formes dans mon existence. Par quoi vais-je remplacer tout ce temps passé devant mon ordinateur, sur mon portable, et avec vous mes amis du monde virtuel ! Je vais forcément disparaître un peu des réseaux, me plonger dans des livres, m’incarner un peu plus dans la vie réelle... Les vacances tombent bien finalement...

    Mais ceci n’est pas un adieu, il y aura sûrement plein de rechutes, je me connais, je suis une faible femme 😉… c’est seulement un « au revoir, on se retrouve à la rentrée, très bel été à tous ! ». 

    Amis auteurs, accros du clavier et geek de tous poils, si vous avez des trucs contre les tendinites dues à l’ordinateur et au téléphone, contactez-moi, je suis très intéressée ! Je suis prête à tester toutes les poudres de perlimpinpin !

   (et si un kiné, ostéo, masseur, ou soumis se cachent parmi vous, n'hésitez pas à me faire signe aussi 😉)

 

    Photo : Galan d'Orgia, septembre 2016. L'écrivaine érotique : sage et studieuse en apparence, en surface ; débridée et délurée en dessous, en cachette...