Petite bohème

     Éternelles variations sur le plaisir...
    
Où il est de nouveau question du Womanizer, et de l'homme aussi !

    - Un billet rédigé à la première personne du pluriel, mais il est évident que toutes les femmes sont différentes…

 ***

    La jouissance, ce moment magique où nous sommes propulsées dans un monde de plaisir en un feu d’artifices de sensations, où nous perdons les sens, au point de ne plus savoir où nous sommes, qui nous sommes, au point de serrer notre partenaire à lui faire mal, inconscientes de tout sauf de l’immense plaisir qui explose dans chaque parcelle de notre corps et accapare tout notre être… Et puis ces vagues de plaisir qui montent encore, nous submergent, ce courant électrique qui circule dans toutes les fibres de notre corps, nous tend brusquement, et nous laissent pantelantes, éperdues de désir, à moitié évanouies, oscillant entre fous rires et larmes de joie...
    Encore !!

    Pendant longtemps, il n’y a pas eu mille solutions : la main de l’homme, douce et patiente ; la langue de l’homme, infatigable, qui nous lèche des heures sans renâcler ; le sexe de l’homme, puissant, insatiable… autant de sources d’infinis plaisirs, pâlement imités par nos petites mains, les sextoys qui nous procurent de mini orgasmes trop courts, un peu frustrants.

    Jusqu’à ce jour béni entre tous où un ingénieur inventa le Womaniser (reconnaissance éternelle !). Rien à voir avec ses collègues de silicone traditionnels ! Il tient toutes ses promesses : un orgasme complet, riche, varié, dans la durée, presque aussi fabuleux qu’avec l’homme, en moins d’une minute, sans même être « dans l’esprit », sans même fantasmer, ni désirer, ni rien. Poser son Womaniser au bon endroit, et whaow !! Décollage immédiat quelque soit notre humeur et notre énergie du moment !

    Désormais, ce qui relève de la magie, ce sont les caresses, les câlins, la tendresse, les sourires et les regards échangés, plein d’émotion et de désir, la complicité des peaux qui s’attirent, s'aimantent, le bien-être ressenti blotties contre un poitrail, les sentiments partagés… et "tout ça", aucun sextoy au monde ne peut nous l’offrir, ni même les androïdes du futur.
   Magique aussi de ressentir la montée du désir, le désir lui-même, dévorant, irrépressible, qui nous pousse dans les bras de l’homme pour jouir à nouveau, et c’est toujours aussi infiniment agréable, malgré la rude concurrence technologique...

 ***

    Illustration : Petite Bohème
    Merci beaucoup Petite Bohème d'avoir accepté d'illustrer mon billet sur la magie du plaisir et de la tendresse ! J'ai craqué pour ce couple qui s'étreint si amoureusement ! :-)

    Pour retrouver Petite Bohème et vous régaler de ses dessins si chauds, toujours dessinés d'une plume légère et délicate :
    Son site
    Sa page Facebook
    Son compte Instagram