Fantôme

 

   J’aime le fantastique, les ambiances fetish, les fantômes, et cette photo m’a happée : tant de grâce et de mystère dans le mouvement du corps, les plis du drap… Elle m'a donné envie d'écrire une petite histoire.
- Une photo de @sebastienfilosa pour la boutique Dèmonia.

***


   Un ange étincelant l’accueillit et prononça le verdict :
— Malgré vos turpitudes, vous êtes admise au paradis, moyennant un petit séjour au purgatoire pour réfléchir à vos fautes et vous amender !
— Merci, mais je préférerais rester sur terre, en tant que fantôme si possible.
— Vraiment ? tonna l’ange. Quelle mission plus importante que chanter des louanges éternelles vous retient sur terre ?
— Il y a une soirée que je ne voudrais manquer pour rien au monde, et justement, comme c’est Halloween, je pourrais facilement en profiter en me glissant sous un drap, un drap de latex, cela va sans dire ! Il s’agit d’une soirée fetish…
   L’ange leva les yeux au ciel.
— Soit, puisque telle est votre volonté. Mais on ne renonce pas au paradis en toute impunité : vous allez hanter toutes les soirées fetish jusqu’à épuisement de votre âme éthérée, mais vous ne serez visible des vivants que lors des festivités d’Halloween.
— ça me va !
— La malédiction sera levée si vous trouvez un partenaire de jeu qui vous propose une séance, sans voir votre visage, ni échanger le moindre mot avec vous, ni vous toucher... vous devrez vous exécuter et vous serez libérée.
   Elle se réjouit ; elle n’était pas près d’aller au Paradis ! Une vie de fêtes s’ouvrait devant elle…. Enfin, « une vie », façon de parler.
   Mais c’était sous-estimer la diversité des kinks, l’imagination des dominants et leur curiosité !


   La Scary Party arriva vite.
   Un maître tomba en arrêt devant cette belle silhouette fantomatique ; une fétichiste du latex, comme lui, vu le fin drap de latex blanc qui voletait autour d’elle. Cela lui donna une idée ! Il l’entraîna vers son vacum bed : il allait ajouter une couche de latex supplémentaire pour encore plus de sensations. Il invita sa partenaire de jeux à s’y glisser.
   Elle voulut résister, s’envoler ailleurs, mais ce fut plus fort qu’elle, elle s’exécuta comme une automate.
   Il brancha l’aspirateur afin d’aspirer la moindre bulle d’air. Il admira un instant les contours du corps de la jeune femme parfaitement dessiné grâce au latex se collant à sa peau. Soudain, il sursauta et se frotta les yeux : elle venait de se volatiliser ! Il ouvrit frénétiquement son vacum bed, et dut se rendre à l’évidence : il était vide, elle s’était évanouie dans les airs.
   Son cœur manqua un battement, il s’assit, pris de sueur froides, avant de se ruer vers l’un des vigiles pour signaler sa disparition. Peut-être avait-elle réussi à s’échapper en profitant d’un moment d’inattention ? L’avait-on vue ? Le vigile secoua la tête et promit de se renseigner.
— Vous avez dû rêver, ou abuser de nos cocktails peut-être…
— Oui, je crois que je suis pris d’hallucinations, j’entends des voix, des cris…
   Comment décrire les gémissements lugubres qui vrillaient ses oreilles ? Des hou hou plaintifs s’éloignant déjà ; les plaintes de la jeune fantôme trop vite arrachée à sa malédiction, condamnée à rejoindre le purgatoire un peu vite à son goût.  
— Oh, ici les cris ce n’est pas ce qui manque ! le taquina le vigile en lui donnant une bourrade réconfortante. Des cris de plaisir surtout, ne vous inquiétez pas !

 


***


   La Nuit Demonia Scary Party n’est pas pour tout de suite, mais Samedi 4 février la Nuit Dèmonia - In The Mood For Lust nous attend !
   Vous viendrez ?