20210717_154504


    Un échange de messages avec une amie m'a donné envie d'écrire un petit texte, sur la magie des mots...

 

***


    L’auteure est une sorcière qui joue avec les mots, elle les pétrit, les travaille, assaisonne de divers ingrédients : un zeste d’érotisme, de la poudre de fée, un brin de fantaisie... Elle malaxe cette pâte, ajoute des décorations, des paillettes et du sucré. Elle édulcore, rajoute du piment parfois, et une fois satisfaite, met son texte sur le feu, où il rejoint d’autres textes, en train de gentiment mijoter. La sorcière souffle sur les braises, porte ses récits à ébullition, les fait bouillonner pour qu’ils composent l’histoire la plus torride qui soit, afin de donner chaud aux futurs lecteurs.

    Elle a mille projets sur le feu, certains mijotent depuis un certain temps et menacent de déborder. Des mots s’échappent déjà, lui échappent, ils s’envolent, glissent le long du chaudron. Elle perd des passages entiers, elle ne sait plus où elle en était. Elle fouille le fond de son chaudron, tous les projets se mélangent, fondus, les mots s’emmêlent, ça ne veut plus rien dire, les personnages se promènent entre les textes, les histoires n’ont ni queue ni tête...
    Le feu s’est éteint, l’envie d’écrire a disparu, remplacée par d’autres envies. Car souvent la sorcière se disperse, s’éparpille. Elle enfourche son balai et s’éloigne de son chaudron solitaire au fond de sa grotte. Elle vole de soirée en soirée, appelée ici ou là par des cérémonies secrètes, des rencontres de sorcières, des cercles de fées, des bals de vampires...

    A son retour, il ne reste que des bribes de textes desséchés, tout le jus s’est évaporé. Elle rallume le feu, l’attise de son enthousiasme. Elle touille ses histoires avec amour, les soigne en complétant les passages effacés, avant de les délaisser à nouveau quelques jours plus tard, oubliant de baisser le feu.
    Ses textes cuisent, menacent de brûler pour de bon cette fois. Ils s’envolent en fumée ; bientôt, il ne restera que des cendres, mais de ces cendres, un nouveau projet naîtra, plus beau encore ! se dit la sorcière pour se consoler.
    Car là, ce sont les vacances, elle va troquer sa robe noire et son chapeau pointu contre un bikini, et s’envoler longtemps. Bientôt, ce sera elle qui grillera sous les rayons ardents du soleil, avant de mijoter dans l’océan, au milieu d’inconnus à demi-nus, ballotés par les courants et les vagues, touillés par une sorcière invisible qui les chauffera à blanc et les mélangera.

 

    Dessin : Cedrik Chevalier