2021-02-07 12

 

   Un petit conte narcissique et fantastique ;-)


   C’est mon nouveau compagnon de jeu depuis le confinement, mon ami de l’après-midi.

   Il entre sans prévenir dans mon salon, me fait cligner des yeux et m’éblouit. Il dépose des paillettes sur mes joues, de l’or dans mes cheveux, il me chatouille le cou, me réchauffe. A peine ; il est encore faible en cette saison…
   Mon rayon de soleil d’hiver ! Il ne vient pas me voir tous les jours, il est trop occupé à jouer à cache-cache avec les nuages. Mais quand il survient, je tente de le capturer avec mon téléphone, je tourne sur moi-même pour mieux le photographier et prendre un bain de soleil. Il s’amuse, s’échappe, danse autour de moi, se perd dans mes cheveux pour mieux renaître ensuite et m’en mettre plein les yeux...
   Il me donne des envies d’été, j’ai hâte d’exposer mon corps tout entier aux rayons ardents du soleil ! Il me promet d’être là au rendez-vous, il sera mille fois plus puissant, il me fera rougir, et m’aimera jusqu’à me brûler vive. Ce sera bon de m’enflammer pour lui !

   Il s’éteint peu à peu à l’approche du crépuscule, les couleurs palissent et s’affadissent. Un immeuble lui fait de l'ombre, et puis la nuit l’absorbe tout entier. Il a juste le temps de me dire à demain. Je serai présente, comme tous les après-midis, devant mon ordinateur jusqu’à ce qu’il me fasse signe en projetant sa lumière sur mon écran. Impossible d’écrire, je n’y vois plus rien ! Je n’ai plus qu’à jouer avec lui et admirer ses talents d’artiste : il métamorphose tour à tour tous les objets de la pièce, les embellit, les fait briller et scintiller. Tout flambe et se pare d’or ! Et moi aussi !
   Mais ça suffit les selfies, au travail ! 😉

 

2021-02-07 12

2021-02-07 12

2021-02-07 12

2021-02-07 12

2021-02-07 12

 

 

 

2021-02-07 12

 

2021-02-07 12

2021-02-07 12