logo goûters

   Dès que j'en ai l'occasion, j'aime rejoindre Les Goûters du divin marquis le vendredi après-midi, nous sommes accueillies comme des reines, chouchoutées, et nous nous amusons beaucoup !  Ils m'inspirent une petite histoire improvisée, même si toute ressemblance n'est pas pure coïncidence...

***

    Deux dominatrices bavardent sur Messenger.
    — Tu vas aux Goûters demain après-midi ? demande Lady J.
    — Je ne suis pas sûre de pouvoir, mais si tu y vas, je m’organise, c’est trop tentant, il y aura le plaisir de bavarder avec toi, en plus de tous les autres plaisirs…
    Tout en répondant à son amie, Miss C. consulte ses messages en retard. Magie des fenêtres de tchatt qui s'ouvrent en même temps et lui offrent un don d'ubiquité ! Un gentil soumis, Charming, lui a proposé il y a quelques jours de l’accompagner, il est tout à fait docile, serviable, soucieux de bien faire… Il ferait un compagnon parfait ! Elle s’empresse d’accepter la laisse virtuelle qu’il lui tend, avant de revenir vers son amie.
    — Je viens finalement ! J’en ai trop envie !
    — Je suis contente ! Moi, je serai accompagnée d’un soumis que tu connais…
    Miss C. réfléchit, elle lance au hasard les noms de quelques connaissance communes, avant de renoncer.
    — Dis-moi !
    — Charming…
    Le sang de Miss C se glace dans ses veines. Quel toupet, il a osé les solliciter toutes les deux en même temps ! D’autres aussi, peut-être, tant qu’il y est ? Elle n’en revient pas, elle en informe aussitôt son amie, qui voit rouge elle aussi. Elles rient, excitées comme deux puces, animées de désirs de vengeance. Lady J. savoure la situation avec une pointe de sadisme.
    — Maintenant que tu lui as dit oui toi aussi, on va voir comment il gère, il est très mal…
    De plates excuses ne tardent pas à arriver chez l’une, et puis chez l’autre ; Charming implore leur pardon pour sa maladresse.
    C’est trop facile ! Les deux amies se promettent de l’accueillir fraîchement, et de lui offrir la punition qu’il mérite ! Miss C. a le cœur tendre cependant, elle sait qu’elle ne va pas résister longtemps au sourire contrit et aux yeux noyés de Charming, mais elle fera son possible pour se montrer sévère, le mettre sur des charbons ardents de quelques remarques cinglantes, avant d’en faire son goûter. C’est plus fort qu’elle, elle préfère mordiller des joues et croquer des bras dodus plutôt que les friandises du buffet ! Il sera sûrement tout gêné et embarrassé, ce sera le moment où jamais d’exiger l’impossible !

    Miss C. arrive en avance, elle attend son amie en profitant d’un massage de pieds de Charming, qui ne s’est jamais autant appliqué à la tâche. Il y met tout son cœur, espérant l’amadouer et adoucir la peine encourue sans doute. Elle se réjouit de voir enfin le joli minois de Lady J, flanquée d’une autre dominatrice. Du renfort, ça tombe bien ! Elles font croire à Charming qu’elles seront trois à s’acharner sur lui, et se pourlèchent d’avance les babines. Leur victime n’en mène pas large, il plaide sa cause, il n’a fait que signaler sa présence aux goûters, il ne les invitait pas directement, il les informait et se tenait simplement à leur disposition… Vérification faite sur leurs téléphones, il semblerait qu’il ait raison, elles ont dû lire trop vite, et pris leurs désirs pour des réalités... Qu’à cela ne tienne, il sera puni quand même, et sévèrement, son message prêtait à confusion, de toute évidence. Elles se sentent vaguement vexées, elles le cachent, tâchent de faire bonne figure, plus remontées que jamais ! Il va payer pour cela !

   chateau des lys Elles descendent dans le donjon du château, attachent Charming à la croix de St André ; la séance peut commencer. Une pluie de coups s’abat sur les fesses du soumis puni : martinet, fessée à mains nues, cravache… Elles le fouettent à deux, en rythme, ou l’une après l’autre, se défoulant en attendant leur tour sur des soumis qui passent par-là, attirés par les claquements. L'un se fait fesser à toute volée, fouetter ; un autre, grand, musclé, se voit obligé de porter Miss C. comme une princesse, avant qu’elle ne recommence à s’intéresser au postérieur de Charming. Il se permet de rappeler qu’il ne peut être marqué, excitant les deux dominatrices qui redoublent d’efforts, accentuent encore leurs coups, avec de longs commentaires sadiques sur des zébrures imaginaires.
    Profitant d’une pause, Miss C. se glisse entre la croix et le pauvre garçon, et se lance dans des tortures d’un autre genre, griffures, torsions des tétons, agaceries variées, alternant le chaud et le froid, les sévices et les caresses, les baisers sur les joues et les morsures. Un dernier bisou sur la joue barbue, et elle en a fini avec lui.
    chateau_des_lys_club_echangistela_balancoire_de_la_caveCes dames respirent, soulagées, leur rancœur apaisée ; elles ne sont que sourires et aspirent au repos. Leur gentil soumis demande à nouveau pardon, et cette fois, il le lui est accordé avec grâce. En plus, Miss C. a rendez-vous avec un fétichiste des pieds qui lui fait toujours beaucoup de bien. Il vient d’arriver, elle se prépare à vivre un moment de bien-être, tandis que Lady J. entraîne Charming à l’étage, pour son plus grand plaisir semble-t-il.

    Ils reviennent bien plus tard, radieux, mais pressés aussi, Lady J. doit partir. Miss C. récupère la laisse de Charming avec enthousiasme, elle va se le garder juste pour elle, elle ne le partage plus, et a bien l'intention de s’occuper de lui à sa façon ; il ne peut rien lui refuser aujourd’hui.
    Pour commencer, un long massage de son dos et de ses épaules, jusqu'à ce qu'il périsse d'ennui !

 

    Photo : Flyer des Goûters du divin marquis, donjon du Château des Lys