rouge

    Une photo publiée hier sur Facebook m'a donné envie d'écrire un début de récit fantaisiste, prélude peut-être à de plus longs développements.

***

    Ce matin, j’ai eu envie de couleur, j’ai choisi un joli ensemble de dentelles rouge dessous, une robe rouge près du corps au-dessus, un gilet rouge parce que c’est encore l’hiver... Et puis les choses se sont quelque peu emballées. J’ai mis mon bijou en grenats autour du cou, mon rubis au doigt, ma montre rouge ; j’ai enfilé mon manteau rouge écarlate, mon écharpe tout aussi rouge. Mes gants rouges, mon chapeau rouge ont suivis le mouvement, il ne manquait plus que mes bottes bordeaux et mon sac rouge.

    Un peu étourdie, je me suis regardée dans la glace, n’étais-je pas un peu trop rouge quand même ? Au moins le message était clair : où se cache le grand méchant loup, je pars à sa recherche ! J'en veux un avec un sourire carnassier pour me dévorer, un pelage soyeux pour me donner chaud...

    Le froid de l’hiver rajoute une touche de rouge sur mes joues et mon nez, j'arpente les rues en quête de fleurs à cueillir, d'arbres où débusquer mon loup, et je finis par croiser son chemin ! Je le reconnais tout de suite avec son blouson de cuir noir, son écharpe noire, son jeans noir dans ses bottes noires. Il me jette un regard noir avant de s'arrêter net, stoppé dans sa course. Son sourire éclatant me réchauffe toute entière, je dois être cramoisie.
   - Un verre de vin rouge, ça vous tenterait ?
   - Non, merci, plutôt un café serré, noir !

    Le noir et le rouge vont décidément bien ensemble, le mélange de nos peaux aussi, ma peau rougissante contre sa peau d’ébène.