London Calling

    Les Editions L’ivre-Book proposent un calendrier de l’Avent pour patienter jusqu’à Noël : chaque jour, une nouvelle est offerte, dans tous les genres de la maison d'Edition : science-fiction, policier... 
   Et aujourd’hui, j’ai la joie d'être publiée, en érotisme, what else, avec London Calling.

    Dans cette nouvelle, j’ai repris l’un de mes thèmes préférés, le train ! J’ai déjà fait mon coming-out sur ma sidérodromophilie par ici, cette fois, c’est l’Eurostar qui est à l’honneur 😊 On m’a raconté un jour qu’une cabine privée était à la disposition des cadres ayant besoin de s’isoler pour travailler ; mon imagination et mes pensées olé olé ont fait le reste...

    Tout commence par un chagrin d’amour sur fond d‘escapade londonienne. Mes deux héros reprennent deux archétypes, le grand directeur surbooké et l'amoureuse transie : lui se montre distant, fuyant, peu attentionné, il est très pris par son travail, ses responsabilités ; elle, elle veut croire à leur histoire envers et contre tout, elle se refuse à regarder la vérité en face, se berçant d’illusions, avant d'ouvrir les yeux brutalement, bien obligée. Elle touche le fond, jusqu’à ce qu’un nouvel homme entre en scène.

   "Film message" et spéciale dédicace aux copines qui se reconnaîtront : ne pas s'accrocher aux amants fantômes, il y a toujours un soupirant attentionné et empressé en embuscade non loin ;-)

 

    Un petit extrait

    (…) elle l’attend depuis si longtemps… Il n’a vraiment pas l’air pressé de la revoir ! Elle se protège, elle ne croit plus à sa venue, il va sûrement lui envoyer un message d’annulation.

    Soudain, il est là devant elle, si beau dans son costume sombre. Lise rit de joie, son cœur s’enflamme, fond de tendresse en revoyant son sourire encadré de deux fossettes d’enfant, ses yeux pétillants. Elle se retient de se jeter à son cou. Il semble ailleurs, il lui parle d’un impératif au travail, il n’a que très peu de temps à lui consacrer. Lise se sent stupide, son enthousiasme retombe, son cœur se serre.
    Devinant sa déception, Gilles prend ses mains dans les siennes, il frôle sa bouche d’un baiser. Elle a l’air si triste, il s’en veut, il n’est qu’un mufle… Sa culpabilité s’envole vite, il vient d’avoir une idée, il va l’emmener avec lui dans son entreprise ! Elle va adorer, c’est sûr, et cesser de lui faire la tête. Faire l’amour sur le lieu de travail de leur amant, c’est le fantasme de toutes les femmes… Et puis, ça lui fera du bien à lui aussi ; il se sent stressé avec ce dossier grec, il a besoin d’évacuer un peu de pression. Il lui adresse un clin d’œil et chatouille son oreille de ses lèvres.
    — Viens, je t’invite dans ma banque, c’est tout près…

 

    Pour le télécharger

   Les Editions L’ivre-Book

   Amazon