Fichier 30-10-2017 16 49 07
    J'aime bien arriver tôt en soirée, avant la foule, pour prendre mes marques, sentir l'ambiance basculer peu à peu, vivre les prémices, les premiers frémissements, avant que tempête ne se déchaîne et nous emporte tous… C’est aussi l'occasion de discuter avec les nouveaux venus, de faire des rencontres avant de nous consacrer à nos loisirs préférés : danser, dominer, fouetter, regarder, masser, fesser...
    Parfois, je suis vraiment trop en avance, je me retrouve avec les organisateurs affairés aux derniers préparatifs, je les embête à leur tourner autour ;-)  - j'ai même eu le ticket vestiaire numéro 1 un soir ! Depuis, j'essaie d'arriver un peu plus tard, mais je suis toujours tellement impatiente, je me retrouve quand même parmi les premiers fêtard.e.s, sur les starting-blocks !

     Vendredi 27 octobre, la soirée Les sévices de K organisée par Maîtresse K, n'a pas fait exception à la règle ! Les lieux sont encore déserts quand je me présente, tout le monde s'est rassemblé autour du buffet pour grignoter, trinquer et bavarder. Je profite des verrines et des retrouvailles entre amis, avant d'aller explorer ce nouveau terrain de jeu encore vierge, mais plus pour longtemps.
     Je visite les mezzanines, les recoins, l'espace dédié aux fétichistes des pieds... et j'ai la chance de tomber sur Daniel Power, le super photographe de nos nuits fetish, que je croise souvent en soirée, et tout dernièrement encore lors de la Nuit Dèmonia. Nous sommes seuls, j’ose le solliciter pour une éventuelle future photo de profil Facebook, et là il m’offre une véritable séance photos !
    Je me suis bien amusée à jouer les dominatrices et brandir ma cravache sous son objectif, un peu intimidée quand même d'être mitraillée si longtemps. Mister L. nous rejoint et prend la pose avec moi. Il rentre complètement dans le jeu, s’agenouille, m’invite à le saisir par l’anneau autour de son cou, pendant que je prends mon air le plus sévère… 


    Ensuite, la soirée a démarré pour de bon, il ne fut plus question de faire semblant, mais ceci est une autre histoire... Je peux juste raconter que ma cravache s'est vite retrouvée entre des mains plus ardentes que les miennes, je me suis contentée de profiter agréablement de la soirée et des fétichistes des pieds présents, tout en regardant avec intérêt tout ce qui se passait autour de moi...

 

2017_11_06_09

 

2017_11_06_09

2017_11_06_09

2017_11_06_09

 

 

2017_11_06_09

 

 

2017_11_06_09

2017_11_06_09

2017_11_06_09

  

   

2017_11_06_09