Fichier 28-09-2017 10 55 35   Je pense beaucoup aux plaisirs de la vie ces temps-ci, et je trouve que les plaisirs les plus vifs, les plus intenses, les plus doux, nous les éprouvons grâce à notre corps, c'est lui qui nous les procure (OK, avec quelques stimuli !). Bien sûr, il y a d'autres sources de plaisir : lire un chef d'oeuvre, décrocher un job ou une promotion, piquer un fou rire, réussir un deal, l'amour réciproque, trouver la robe de ses rêves, être publié... mais les plaisirs sensuels se situent quand même bien au-delà... non ?

   J’ai envie de démarrer une série de billets sur les cinq sens 😊

   Je vais commencer par l’odorat, souvent négligé par rapport aux autres sens, perçu comme secondaire. On y pense seulement en cas de mauvaises odeurs, pour s'en plaindre. Un sens tellement important pourtant, qui correspond à notre part d’animalité ; il crée l’appétit, le désir, l’attirance, la gourmandise… le plaisir de manger disparaît sans lui paraît-il, le plaisir d’aimer aussi peut-être.

 ***

    J’ai découvert une parfumerie sous les arcades des jardins du Palais Royal, et je suis tombée sous le charme de cette boutique à l’ancienne, avec son escalier en colimaçon, son papier peint désuet, et ses jolis parfums alignés dans les vitrines, éclairés comme des bijoux.

   J’entrais par curiosité, j’ai tout de suite prévenu la vendeuse : je ne suis fidèle qu’à un seul parfum, depuis toujours, même s’il se retrouve entouré de flacons inconnus et délaissés dans ma salle de bain.

Fichier 02-10-2017 14 28 29   La vendeuse ne se vexe pas, elle s’intéresse au contraire :
   —    Lequel ?
   —    Jardins de Bagatelle !

   Elle sourit et me propose quelques testeurs parfumés triés sur le volet parmi la vingtaine alignés sur le présentoir.

   Je les respire, sceptique, intriguée aussi, et aussitôt, une explosion de parfums de fleurs réjouit mes narines. Ils sentent tous délicieusement bons ! Je les voudrais tous ! Ce n’est pas mon Jardins de Bagatelle, mais on reste dans les mêmes tonalités florales, et tous ces parfums me plaisent, semblent faits pour moi…

   Ma curiosité est excitée pour de bon, j’hume toutes les autres bandelettes de papier : encens, épices, cuir, bois, miel, senteurs orientales, parfums capiteux, lourds, parfums pour garçonnes, pour jeunes filles romantiques… les parfumeurs sont des magiciens ! Je respire une bandelette et je devine à qui il est destiné. Des histoires me viennent, s'évanouissent en fumée, je pourrais rester des heures à flairer toute la boutique...

   Evidemment, je repars avec un joli flacon ambré aux senteurs printanières légèrement exotiques, le cœur battant à l’idée de commettre ma première infidélité parfumée.

   Il n’y a pas que les parfums "officiels" qui me plaisent, il y a aussi de nombreuses odeurs, au-delà des fleurs (jasmin, chèvrefeuille, roses…) :

  • La baguette tradition encore chaude qui vient de sortir du four du boulanger
  • Le poivron que l’on coupe au retour du marché
  • Le St Nectaire et son odeur de cave fraîche
  • Le moelleux au chocolat en train de cuire
  • La rosée du matin à l’aube dans un parc (cela fait longtemps que je ne l’ai pas sentie celle-là)
  • La terre provençale après la première pluie d’été
  • Le muguet le premier mai
  • La maison de vacances renfermée depuis des mois
  • Certains livres neufs, ou très anciens au contraire
  • Certains tabacs, certains cigares
  • Le mojito tout juste préparé
  • L'encens trop lourd des églises
  • Le feu de bois
  • Les aiguilles du sapin de Noël
  • Le cuir d’un sac neuf
  • L’odeur de nos bébés, là, au creux de leur cou si doux, et partout en fait ; également leurs petits vêtements avant de les mettre à regret dans le panier à linge
  • L’odeur naturelle des hommes que l’on aime, puissante drogue qui nous transforme en tigresses insatiables, les harcelant de caresses, les usant de baisers, les suçant à l’infini, la raison troublée par leurs parfums ; l'odeur de leur plaisir, de notre désir

     Liste non exhaustive, à chacun de composer la sienne ! Par exemple, j'ai interrogé l'homme qui m'a confié ses odeurs préférées :

  • Armagnac 1947 (j'ai oublié la marque exacte)
  • Château Haut Brion 1982
  • Château Clos d'Estournel 1985
  • Puligny-Montrachet 2009
  • Allée des épices, souk de Tunis, 11h du matin

 

    A bientôt pour la vue et le toucher, ce dernier à lui seul mériterait une dizaine de billets !

    L’ouïe, je l'ai abordée, ici et , mais je pourrais y revenir…
    Le goût a été effleuré .

 

    Photo : parfumerie Serge Lutens