300

   Je reprend la série de mes fantasmes avec le sportif du quartier, de haut niveau cependant, croisé en bas de chez moi...(whaouw !)

   (Je sais, la photo choisie pour l'illustration n'a aucun rapport avec mon propos, à part l'anatomie masculine, mais je n'ai pas eu le temps de chercher mieux !)

 

    La mairie de Paris vient d’installer sur le terre-plein de mon boulevard des équipements sportifs pour faire des abdos, du vélo, se muscler, courir… un club de gym à ciel ouvert ! (C’était l’un des projets proposés par les parisiens l'an dernier dans le cadre du "budget participatif". Je n’avais pas voté pour celui-là, vu mon goût modéré pour la musculation, mais je n’avais pas pensé à certains aspects collatéraux tout à fait réjouissants 😉 )

    Ce parcours santé restait délaissé avec les pluies diluviennes de ces derniers jours, mais ce matin, le soleil brille de tous ses feux. Je sors de chez moi, pleine d’allégresse dans ma robe d’été, et je tombe nez à nez avec un homme superbe, seulement vêtu d’un short noir et de chaussures de sport. Il est assis sur l’appareil destiné à renforcer les pectoraux. A première vue, il n’est pas concerné pourtant... Ses muscles saillent, roulent sous l’effort, sa peau noire luit de transpiration, son souffle est puissant, régulier. Il ferme les yeux, concentré. Je m’attarde, je le contemple, impossible de m’arracher à ce spectacle : le corps de l’homme en mouvement, au ralenti… Il est magnifique.Fichier 19-07-2017 07 26 52

    Mais soudain, il me remarque, s’interrompt, surpris d’être observé si attentivement. Je reprends mes esprits et l’encourage.

    —  Bravo ! C’est super !

    Il m’offre un grand sourire resplendissant, et se met à rire, un peu gêné.

    — Merci !

    En plus d’avoir un corps à tomber, il a l’air vraiment sympa. Je ne sais plus quoi dire, je peux seulement le dévorer des yeux. Il est plus que temps de partir, il va me trouver bizarre, je m’enfuis. Des histoires érotiques flambent dans mes pensées.

 

    Elle jette un regard autour d’elle, il est tôt encore, la rue est déserte, il n’y a que ce sportif en pleine action. Profitant de ses yeux fermés, elle s’agenouille entre ses jambes, dégage son sexe sans hésiter. Il est magnifique lui aussi, elle ne résiste pas au plaisir de le goûter. Elle ne le lui laisse pas le temps de se ressaisir, elle l'engloutit tout entier. Elle doit le prendre par surprise, qu'il n'ait pas le temps de lui échapper surtout. Le phallus durcit, gonfle, palpite dans sa bouche ; il n’y a pas de temps à perdre. Elle grimpe sur ses genoux, s’empale, ondule jusqu’à exploser de plaisir. L’homme ne bronche pas, poursuivant toujours ses mouvements de bras malgré l’assaut. La jouissance de l’inconnue a finalement raison de son flegme. Il lâche les poignées de l’appareil, enserre sa taille fine de ses mains puissantes, la fait aller et venir sur lui en la soulevant sans le moindre effort, ayant remplacé un exercice par un autre. Bientôt, il accélère le rythme, et jouit à son tour dans un souffle. Elle se relève avec précaution, baise sa bouche avant de s'en aller à reculons. Pas un instant il n’a ouvert les yeux. Peut-être sera-t-il là demain et se laissera-t-il chevaucher à nouveau ? 

 

    Vive l’été et vive la mairie de Paris qui va m’offrir un tel show tous les matins ! Enfin, j’espère !

 

    Photo : film 300