Kinky Salon 4

   

    Je ne vais pas vous raconter la soirée Kinky Salon de samedi dernier, je crains de vous lasser à force avec mes récits de soirées ;-) (il faut venir !) ; et puis je suis trop paresseuse pour tenter une chronique impossible... Donc, je ne dirai rien de la merveilleuse pianiste qui nous a plongés dans un univers de musique classique au début, pendant que nous sirotions nos cocktails ; rien sur le dance floor et le DJ le plus fou de la terre ; rien non plus sur les artistes qui se sont succédé sur scène (mais je n’oublierai pas le danseur nu enveloppé de draps) ; rien sur tout le reste : les amis retrouvés, en grand nombre à ma plus grande joie, les nouvelles rencontres pleine de promesses, les tenues extravagantes, les discussions à bâtons rompus...

    Je ne parlerai que d’un seul homme, et je suis d’autant plus à l’aise pour dresser son panégyrique qu’il s’agit d’un anglais. Même s’il tombait sur mon blog, il ne comprendrait pas un traître mot de tout ce que j’écris sur lui, alors je peux me lâcher ! J’ai nommé : Captain Glitter.

   Grande figure des soirées Kinky, j’ai beaucoup de plaisir à le retrouver à chaque fois, tellement joyeux, affectueux, plein d’humour, absolument irrésistible. Dès notre arrivée, il nous fait basculer du monde réel et gris dans un monde de magie, en nous proposant de choisir un tatoo pailleté, à poser où nous préférons. Nous retombons tous en enfance, farfouillant avec enthousiasme dans ses pochoirs : étoiles, cœurs, dragons, fées, diables...

    Je vais toujours voir Captain Glitter dès le début de la soirée - parfois il n’a même pas eu le temps de finir d’installer son stand ;-) - pour le plaisir de voir son grand sourire, de rire avec lui (cette fois je l’ai à peine reconnu avec sa perruque rose bonbon et sa barbe de paillettes rose), de bavarder (il est tellement adorable qu’il se met à la portée de mon anglais scolaire, et j’ai l’impression de devenir totalement fluent avec lui). Nous discutons des Burning men, il me raconte les fêtes déjantées ou pleine de love qu’il organise à Londres et dans le monde entier (j'espère pouvoir en être un jour !)... il incarne l’esprit de la fête, un esprit joyeux, libre, bienveillant. Ensuite, il est pris d’assaut, et ne réapparait qu’aux petites lueurs de l’aube, fourbu, heureux d'avoir distribué tant de paillettes et de joies, pensant enfin un peu à lui et à profiter de la dernière heure de la soirée...

Fée clochette

   J’opte pour la fée clochette, qui se marie bien avec mon déguisement de magicienne je trouve... je vous mets une photo, mais j’ai déjà perdu pas mal de poussière de fée sur les ailes à force de voleter ;-)

    Certaines, taquines, se font tatouer l'aréole du sein (très joli résultat), le milieu du front, comme une déesse d’Inde (attention, le tatouage dure une semaine !)...

    Ensuite, nous nous montrons nos tatoos les uns aux autres, le mien attire les convoitises : trois couleurs, un diam’s... c’est l’avantage d’arriver tôt, l’artiste a le temps de s’exprimer !

    C’est aussi un excellent moyen pour engager la conversation avec un inconnu, avis aux timides « Tu as fait un tatouage ? Je peux le voir ? »...

    Des paillettes brillent sur les visages, les mains, le front, Captain Glitter s’amuse à nous embrasser, à frotter sa barbe pailletée sur nos joues, et nous brillons tous de mille feux. La soirée peut vraiment commencer. Il dit en riant que son but est que tout le monde soit couvert de paillettes de la tête aux pieds à la fin de la soirée, glitter everywhere... Alors la soirée sera réussie !

    Aujourd’hui encore, même après plusieurs douches, quelques paillettes s’accrochent sur mon visage et me rappellent cette nuit qui s’est déroulée comme dans un rêve éveillé...

    Merci mille fois aux organisateurs pour cette fantastique soirée ! J’ai aimé le lieu, les décors soignés jusque dans leurs moindres détails, tout le fun et le love qu’ils ont insufflé dans l’évènement ! Un seul reproche : il faut absolument trouver un moyen de ralentir le temps... entre minuit et 6 heures du matin, le temps a filé comme l’éclair, et j’étais relativement sobre ;-) Si peu de temps pour voir toutes les personnes croisées de fêtes en fêtes, tant de gens fantastiques avec qui l’on aimerait échanger sans réussir à trouver le temps ! C’est si frustrant !

   Je n’ai pas de solution, il faut vraiment que quelqu’un invente le sortilège « stop time », j'espère que les sorciers sont au travail...

   Ou que je trouve le moyen d’aller dans certains festivals, peut-être qu’une semaine entière de fête me comblerait enfin...

   Vivement la prochaine soirée !