9-CAROL-copyright-Courtesy-of-Number-9-Films-Ltd-Photography-of-Wilson-Webb   A mes amies les filles... ;-) j'espère que vous vous sentirez toutes visées ! Non, non, ne vous enfuyez pas... !

***

    J’ai toujours aimé les hommes, préféré les hommes. Leurs voix graves, leurs torses velus, leurs grands bras dans lesquels je me sens toute petite, leurs jambes de colosses, leurs yeux rieurs, leurs bouches gourmandes, leur naturel, leur humour lourd, leurs joues râpeuses qui m’écorchent, leur odeur de fauve… tout me plaît chez l’homme !

    Les filles, j’aime les regarder, de loin, les trouver belles, mignonnes, vives, pétillantes, intelligentes, émouvantes, attendrissantes, débordantes d'énergie… mais je garde mon sang-froid, je ne ressens aucun désir pour « mes sœurs » aux courbes si semblables aux miennes... parfois une certaine curiosité, j’avoue…

    Jusqu’à aujourd’hui... Comment ne pas craquer ! La plus douce des jeunes femmes, la plus adorable, la plus jolie... un rêve de douceur et de gentillesse dans ce monde de brutes épaisses. Un amour de fille, à la fois candide, sensuelle, profondément intelligente. Je bois ses paroles, perd tous mes moyens, oublie mon café qui refroidit dans ma tasse...

Carol-1

    Je me trouve perverse de rechercher son amitié alors que tant de pensées interdites m’agitent. Car je ne ferai jamais mon « coming out », j’aurais trop peur qu’elle me fuie. L’amitié et toutes ses possibilités me comble déjà !

   Quand même... Je forge des plans, je fantasme sans retenue : je vais multiplier les occasions de nous voir, l’emmener au cinéma, danser, l’enivrer… et ensuite je vais l’aimer comme un homme. Je ne ressens pas un désir délicat de « fille » : échanger des baisers légers et des effleurements ; mais bien un désir fort qui me donne envie de l’emporter dans mes bras et de la broyer entre mes mains, de n’en faire qu’une bouchée sous mes baisers.

 

    Pour l’instant, je reste avec mes pensées, mon désir impossible, je ne me confie pas à l’homme, il serait trop émoustillé, me pousserait à faire des déclarations et des folies.  

   Mais peut-être qu’elle me lira ici, elle devinera que je parle d'elle, peut-être même qu’elle partage mes envies…

 

 

   Photos : film Carol