-004

    Mercredi soir, j’ai eu la chance d’assister à la présentation de la maquette d’une pièce de théâtre : l’Aphrodisia, écrite et mise en scène par Sylvia Bagli.

    J’ai vraiment passé une excellente soirée ! J’ai adoré ce spectacle, à la fois drôle et émouvant, et dont la mise en scène mélange de façon troublante la réalité et le jeu des acteurs.

    Je m’attendais à une sorte de lecture publique, puisqu’il était question d’une « maquette », mais pas du tout, j’ai profité d’un spectacle pleinement abouti, auquel il ne manquait que quelques jeux d’éclairage. Je me suis plongée dans l’histoire jusqu’au cou, vivant et vibrant avec les comédiens.

 

    L’action se déroule dans une boîte de striptease, qui propose aussi aux clients des salons privés pour des séances d’un quart d’heure avec la fille de leur choix. 

    Ce soir-là, l’ambiance est particulière, c’est le dernier soir avant que la boîte ne soit « délocalisée » comme l’explique au début le patron avec humour et machisme. Trois filles se préparent en coulisse, elles oscillent entre nostalgie et envie de fêter l’événement. Elles sont complices, proches, très différentes pourtant. Il y a Gilda, exubérante, indépendante, provocatrice qui réclame à corps et à cris un homme, un vrai ; Kajal, l’intello du groupe, qui se lance parfois dans des envolées exaltées et lyriques, heureuse de vivre, épanouie, adepte de pratiques intenses ; et enfin Paloma, romantique, douce, qui rêve encore d’amour et de prince charmant.

    Toutes les trois se taquinent, se bousculent, s’adorent aussi, se soutiennent et s’entraident. On partage leurs fous rires, leurs coups de gueule, leurs ras-le-bol, leurs coups de blues… ainsi que leurs grands moments de solitude quand elles se retrouvent avec d’étranges clients dans les salons privés. Des clients plus bizarres les uns que les autres, dont elles s’accommodent plus ou moins selon leur caractère, n’hésitant pas à les envoyer balader en cas de demande vraiment trop tordue. Cela donne lieu à des morceaux de bravoure drôles, irrésistibles, et parfois pathétiques aussi (pour le client  ;-) )-001

     C’est un véritable spectacle à plusieurs dimensions qui nous est proposé, alternant jeu de scène et performances.

    Des shows émaillent le spectacle, de véritables prestations de danse, d’exhibition, de striptease. Le spectacle devient vivant, déborde de la scène, se mêle au public. J’étais surprise et ravie !

    Nous devenons alors des voyeurs, assistant à un effeuillage leste et sensuel. Nous participons, nous sommes piégés, nous sommes séduits. L’émotion n’est plus seulement intellectuelle, liée à l’histoire, elle devient sensuelle, nos corps accompagnent les performeuses (la musique est composée de tubes des années 90), rêvent d’elles peut-être... (Là, je ne peux que me mettre à la place de mes homologues masculins tant elles sont belles et séduisantes, chacune dans leur style).

    Gilda, la plus provocante, nous offre une véritable chorégraphie professionnelle dynamique et entraînante ; Kajal se montre touchante de finesse, de grâce, elle affiche une force à toute épreuve, même si elle se prépare à tirer sa révérence ; Paloma a un charme dévastateur, sa longue robe blanche transparente moule son corps qui ondule sous nos yeux … Toutes les trois se donnent à fond, avec une énergie incroyable, reflet sans doute de l’énergie de Sylvia Bagli. Elles ont présence incroyable et sont excellentes, dans le jeu comme dans la danse. Leur « chef » et les clients jouent leurs rôles avec drôlerie sans sombrer dans la caricature

    Je retournerai voir ce spectacle avec plaisir dans sa version définitive quand il sera lancé officiellement !

 

 

   Texte et mise en scène de Sylvia Bagli

   Avec : Eugène Durif, Benoît Felix-Lombard, Laure Giappiconi, Eve Gollac, Michel Gravero, Jean-Marc Layer, Mircea Notz, Pascal Sandoz.

   Crédit photos : Marie Béatrice Seillan