1372813927_mission_impossible_2

    Après l'homme des bois, proche de la nature, sentant bon les aiguilles de pin... je poursuis l'exploration de mes fantasmes avec son antithèse ou presque : le motard. Petite improvisation...

***

 

    Terriblement élégant dans son blouson de cuir patiné, il se tient près de sa monture, un monstre de métal noir, immense. Faussement nonchalant, il m'attend, pianotant sur son téléphone et je dois me retenir de courir dans ma hâte de le retrouver.

    Il s'installe sur sa moto et je ne le reconnais plus, il devient nerveux, se concentre, ne fait qu'un avec sa machine qui ronronne et ronfle en attendant les ordres. Il pose ses mains gantées de cuir sur les commandes, presse doucement, et la moto vrombit, sur le point de bondir. J'essaie de monter avec aisance derrière lui, peine perdue, elle est si haute, j'ai sûrement montré mes dessous à toute la rue.

19860993 Tom Cruise

    Accrochée à lui, éperdue, je me serre de toutes mes forces contre lui, comme si ma vie en dépendait, ce qui est sans doute le cas. Nous traversons Paris à la vitesse de la lumière, il slalome avec dextérité entre les voitures, se faufile entre elles, force son passage en douceur... L'énorme engin lui obéit au doigt et à l'œil instantanément, avec une souplesse étonnante pour sa corpulence.

    Il la pilote avec une telle facilité. C'est un autre homme, bien plus vif, son flegme apparent n'est plus qu'un lointain souvenir, ses sens sont aiguisés, il est entièrement tendu vers la conduite, cette traversée de Paris, fluide, sans obstacle. Il se retourne vers moi quand les feux rouges nous forcent à nous arrêter, pose une main apaisante sur mon bras, se penche vers moi "ça va ?", me sourit, avant de se consacrer à nouveau entièrement à la conduite.

    Je devine son envie de m'impressionner, de me séduire, je m'en amuse, toute attendrie et ravie. Il réussit parfaitement, il est temps d'arriver, avant que je ne succombe complètement et pour toujours.

images

    Je l'enserre si fort que nos casques s'entrechoquent, je dois me détendre, lui vouer une confiance aveugle, me livrer corps et âme. Je relâche mon étreinte, j'essaie de me détacher de lui, d'accompagner mieux ses mouvements. Bientôt le plaisir est là, l'ivresse de la vitesse, de l'accélération… Reconnaître au passage l'opéra, la gare d'Austerlitz, les grands magasins... Ils n’apparaissent qu’un instant, comme des mirages, des illusions.  Nous approchons du but. Ma jupe s'envole avec la vitesse, révèle les dentelles de mes bas peut-être, mais nous roulons trop vite pour que je m'en soucie. Personne ne peut me voir, je suis devenue invisible, les autres évoluent dans une autre dimension, où le temps s’écoule lentement.   

    J'ai l'impression de m'envoler moi aussi. Des bouffées de joie m'envahissent, m'emportent, je suis sur la plus grosse moto du monde, enlevée par le sosie de Tom Cruise. Et bientôt, je serai dans ses bras. Il stoppera sa machine, le motard redeviendra un dandy raffiné, un prince charmant qui m'enlèvera dans son palais des mille et une nuits, et nous nous aimerons sous le regard bienveillant de divinités étranges.

 

    Si un motard se cache parmi vous, qu'il se fasse connaître discrètement ;-)

 

    Photos : film Mission impossible