1312909-Voie_lactée

   Je poursuis ma liste des fantasmes des femmes (enfin, surtout les miens...). Après l'acteur de cinéma, le kiné, je vous présente : le brillant scientifique !

 

    L’année commence bien !

     Soirée du 1 janvier, je suis mollement étendue sur le canapé, en train de me remettre doucement des fêtes. Je zappe sans conviction, m’arrêtant sur d’affligeants bêtisiers ou Top 50. Je finis par échouer sur la Cinq, trop lasse pour me promener plus loin. Une émission sur l’univers et son exploration. Je regarde distraitement l’écran sans vraiment écouter. Le sujet me passionne pourtant, mais là, je cuve encore le champagne de la veille. Un aréopage d’experts à peine mieux réveillés que moi disserte assez platement sur ces thèmes fascinants, malgré les efforts agaçants de l’animateur pour les titiller.

    Soudain, un autre professeur prend la parole et éclipse immédiatement tous les autres. Son ton est dynamique, enthousiaste, vif, sa voix chaude comme la surface de Vénus. Ses yeux brillent d’intelligence et pétillent de malice. Je me redresse, tend l’oreille, bien réveillée tout à coup, maudissant les minutes perdues sur des émissions plus idiotes les unes que les autres qui m’ont fait rater le début du débat ! Je suis suspendue à ses lèvres, je bois ses paroles, je le dévore des yeux. Je remarque avec amusement son regard devenir goguenard quand son voisin prend la parole.

Curiosity_NASA

    Tant de vivacité, d’intelligence, sur les sujets les plus hardus qui soient au monde, l'astrophysique et ses diverses disciplines soeurs... Je craque ! Il parvient à se mettre à notre portée de cloportes rampants, se fait le plus pédagogue possible, nous transmet sa passion, et réussit à nous arracher à l'attraction terrestre et nous faire voyager à des milliers d'années lumières. (je me souviens encore d'une conférence sur la théorie des cordes d'où j'étais sortie encore plus perplexe qu'avant, les intervenants planant à 100 000 pieds au dessus de nos têtes.)

     Lui se sort avec brio des provocations inutiles de l’animateur, garde le sourire et parvient à lui clouer le bec en transportant d'enthousiasme des millions de téléspectateurs éblouis avec un sujet d'apparence arride : l'exacte mesure des distances entre les étoiles (bientôt, grâce au tout nouveau satellite Gaïa). Sans oublier des cohortes de femmes subjuguées par sa beauté et qui se contentent de le regarder sans l'entendre. (mais là, je suis peut-être injuste avec mes consoeurs).

     Car il se situe aux antipodes des professeurs Tournesol à la fois chauves et hirsutes qui sévissent habituellement dans ce domaine. Jeune, chevelu, imberbe, sans lunette, sportif, très brun, les yeux bleus glacier, des fossettes partout... Beau comme un dieu. Une aberration, une anomalie, un alien.

  gaia_illustr1_web

    A la fin de l’émission, j'ai envie de reprendre des études, de lire des tas de bouquins, d'assister à des conférences, des cours...  de l'entendre à nouveau surtout. Il a réveillé une soif d'apprendre inextinguible. En pleine effervescence, je me précipite sur mon ordinateur, et, magie d’internet, en deux minutes j’ai son adresse mail, son CV détaillé, ses passions diverses, sa situation maritale (et ouais, il est pris... comme moi au fait !). Je prépare dans ma tête un mail enflammé et vibrant, le tourne et le retourne. Et finalement, baille, renonce, et retrouve avec joie les bras grands ouverts de mon chéri, bien plus présent qu'une image télé, vivant et chaud à mes côtés.

 

    Par respect pour le planétologue qui pourrait à juste titre se sentir harcellé, je préfère ne pas divulguer son identité ;-) mais vous pouvez toujours regarder l'émission en replay en cliquant ici, et vous identifierez sans difficulté l'objet de tous mes fantasmes ;-)

     Bon, et si par hasard un astrophysicien se cache parmi mes amis et lecteurs, il peut faire son coming-out en m'envoyant un petit message ;-)

 

images prises sur le net : Voie lactée, Curiosity sur Mars, Gaïa