1couv_corpscris_red

    La couverture donne tout de suite le ton du recueil, avec l'attitude espiègle de la jeune fille au fouet. On va sourire, rire, s'amuser... Il ne s'agit pas ici de fessées cruelles, perverses, sadiques... mais de fessées érotiques, ludiques, légères comme des bulles de savon...

    J'aime toujours beaucoup les recueils de nouvelles de la collection e-ros, et cette couverture a achevé de me convaincre de télécharger le livre numérique.

    Chez Dominique Leroy, la procédure est simplifiée au maximum, point de DRM.. mais un moment de distraction au moment de faire "enregistrer sous", et mon livre fraichement téléchargé avait disparu je ne sais où... évidement, la fonction "recherche" de mon ordinateur ne l'a pas retrouvé malgré un scan de 10 minutes, et le lien sur le site n'était plus actif. Piteuse, j'ai envoyé un mail pour demander à nouveau l'ebook. Aussitôt reçu, aussitôt chargé sur mon kobo, pour une lecture coquine pendant ma dernière semaine de vacances...


***


    Le recueil s'ouvre avec L'amour badine, de Karine Gehin : une joyeuse fessée en plein air, sportive et bon enfant, un récit plein de joie de vivre et de fraicheur et qui m'a donné la pêche ! J'ai bien aimé la course rieuse des deux personnages... une fessée attachante, si je puis dire, une jolie rencontre de travail...

    La seconde nouvelle Electrondynamique quantique sous haute tension, de Désie Filidor, est un peu courte à mon gout. Le jargon, la gouaille de l'électricien narrateur approchant sa jeune collègue est très bien rendu, l'ambiance est palpable... On se croirait avec eux sur le chantier ! Peut-être un peu trop d'onomatopées... La brièveté du récit m'a un peu laissée sur ma faim ...

    La nouvelle suivante, Le pensionnat, de Gilles Milo-Vaceri, m'a bien fouetté les sens et bien troublée ! Peut-être parce que c'est la seule fessée du recueil administrée par une femme ? Il est vrai que j'ai toujours aimé les histoires de pensionnat, que ce soit Harry Potter, ou des histoires plus osées... La fougue du désir adolescent, les flots d'hormones qui agite toute cette jeunesse... J'ai beaucoup aimé le style et l'écriture de cette nouvelle. Un style alerte, entrainant, on suit et on partage les émois des personnages. La surveillante a beau être un brin carricaturale, la psychologie des adolescents incapables de résister à la tentation, à leurs désirs impérieux, est superbement captée et décrite.


    88-89, de Stéphane Lourmel, est une nouvelle qui réunit le feu et la neige, le froid de l'hiver et la brûlure du désir... Le narrateur raconte un souvenir de sa jeunesse, une belle évocation un peu floue, racontée dans un style particulier, riche, gourmand, parfois ampoulé et lourd, fanfaron, qui apporte une touche d'humour à laquelle je ne suis pas restée insensible.

    La dernière nouvelle, Bonne fille, de Dany Tyran, est un récit burlesque où l'héroine accumule les catastrophes et les galères. On assiste aux déboires d'une jeune écervelée, futile, éternelle adolescente, qui brave les interdits posés par un époux sévère et endure ses punitions. Elle accumule les "bêtises", à croire qu'elle recherche la punition de son "mari papa" ! Un récit drôle, piquant, une des fessée les plus terribles du recueil, mais administrée avec amour et accueillie avec frétillements. Un couple qui fonctionne et qui s'aime ...

    Je me suis bien amusée avec ce recueil ! Les nouvelles m'ont toutes plues, chacune à leur manière, mais je ne vous cache pas que ma préférée est celle du pensionnat. C'est celle qui est la plus chargée en tension érotique, et la plus à même à faire naître le désir. Mais nous sommes tous différents en la matière, les ressorts qui déclenchent notre désir ne sont pas tous les mêmes. Vous me direz quelle est votre nouvelle préférée ?

 

    A corps et à cris, collectif, paru aux éditions Dominique Leroy, collection e-ros, en août 2013.

    Mon retour de lecture des deux précédents recueils de la collection "Attachements", et "Entre ses cordes", cliquer ici