923370_465337900225274_639815185_n

 

    Je viens de terminer "Facebook, mon amour !" d'Eric Neirynck, réédité en Collection privée Omri Ezrati en mai 2013, et voici mon retour de lecture.

    Le titre, d'abord, m'a séduite... car moi aussi j'entretiens une relation passionnelle avec Facebook, alternant amour fusionnel et séparations houleuses...

   Je suis fascinée par cet univers virtuel, aux rencontres si intenses, basculant parfois dans la vraie vie... et j'étais donc naturellement très attirée par ce livre ! (découvert d'ailleurs grâce à Facebook ;-)

*** 

   Erik Neirynck réunit dans son recueil des nouvelles courtes plus réjouissantes, terribles et surprenantes les unes que les autres.... je les ai dévorées !

   Percutantes, ciselées, drôles, choquantes ou tristes... aucune ne m'a laissée indifférente.

   Elles sont toutes très différentes les unes des autres.

    Certaines ressemblent à de belles histoires d'amour, mais leur chute inattendue bouscule le genre. D'autres histoires sont sombres, voire désespérées, flirtant même avec la folie, et m'ont fait frémir... J'ai souffert aussi, je préfère ne pas vous le cacher, à l'unisson avec le mal de vivre de certains personnages, leurs vies gâchées par le manque d'amour.

    Quelques histoires, mes préférées, mettent en scène des « geeks » , prisonniers volontaires, pathétiques dans leur quête d'amour, crevant de solitude et pratiquant l'auto-dérision avec humour. L'auteur décrit alors parfaitement, avec cynisme, le célibataire endurci et désabusé, un brin looser, un peu vieux garçon sur les bords... (Serait-il l'un d'entre eux pour en parler aussi bien ? ;-)

    De très beaux personnages féminins sont également présents.

   Autant de rencontres touchantes, cocasses ou bouleversantes, qui m'ont permis d'éprouver toute la gamme des émotions sans quitter le fond de mon lit :-), le tout écrit d'une plume très fluide, directe, très agréable à lire.

    Mon seul bémol, l'extrême noirceur de certaines nouvelles... on aimerait parfois un peu plus de légèreté, voire de « happy end » !

    J'espère que l'auteur prépare la suite de «Facebook, mon amour ! », car c'est le genre de livre que l'on regrette d'avoir terminé si vite ...

 

    Pour le lire vous aussi, vous pouvez cliquer sur ce lien : Facebook, mon amour !

    Le blog de l'auteur

    D'autres critiques sur le site des Edtions Kirographaires